23e Festival Côté Court
Tant qu'il nous reste des fusils à pompe de Jonathan Vinel et Caroline Poggi, à découvrir en Panorama

    23e Festival Côté Court

    Du 11 au 21 juin, la 23e édition du festival Côté Court accueille la fine fleur du court-métrage hexagonal, avec une compétition fiction qui se démarque par la cohabitation de la jeune garde française (Peine perdue d’Arthur Harari, Juke-Box d’Ilan Klipper), Inupiluk de Sébastien Betbeder) et d’illustres aînés (Assemblée générale de Luc Moullet, La Cérémonie de Paul Vecchiali). L’autre sélection compétitive, la compétition expérimental-essai-art vidéo, présente notamment des films de Valérie Mréjen, Bertrand Mandico, ou encore Tom de Pékin.

    Loin du feu de l’arène, la sélection non compétitive propose un retour sur la production de court-métrages de l’année écoulée, dans toute sa diversité. On y retrouvera, par conséquent bon nombre de films qui ont été sur toutes les lèvres, parfois depuis Cannes (Agit Pop de Nicolas Pariser). Dans le désordre : Panda d’Anthony Lapia, mis en avant par Les Cahiers du cinéma dans leur numéro de mars consacré aux écoles de cinéma ; de même que Tant qu’il nous reste des fusils à pompe de Jonathan Vinel et Caroline Poggi, auréolé de son Ours d’or du court-métrage ; Andorre de Virgil Vernier, dont les Mercuriales seront un des événements de l’ACID à Cannes ; Virginie ou la capitale de Nicolas Maury…

    Autant de films à découvrir ou redécouvrir et que la rédaction de Critikat aura le plaisir de vous faire partager.

    Pour plus d’informations