Accueil > Actualité ciné > News > Mort de François Dupeyron, réalisateur de "La Chambre des officiers" vendredi 26 février 2016 09:18

News Mort de François Dupeyron, réalisateur de "La Chambre des officiers"

François Dupeyron est mort à l’âge de 65 ans des suites d’une longue maladie, il est l’auteur d’une dizaine de films dont La Chambre des officiers ou Mon âme par toi guérie. Beaucoup le présentent comme le cinéaste « des gueules cassées », des « sans-grades » et des « cabossés » de la vie : François Dupeyron a toute sa vie réalisé des films à l’empreinte sociale et humaniste.

Il se fait remarquer en 1984 avec La Nuit du hibou, puis Lamento (1988), deux courts métrages qui lui vaudront un César. Pour son premier long métrage, Drôle d’endroit pour une rencontre en 1988, François Dupeyron réunit deux stars, Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, qui se croisent sur une aire d’autoroute. Le réalisateur connait son premier succès avec C’est quoi la vie ?, une romance sur fond de malaise paysan et de crise de la vache folle dans le Larzac. Le film remporte la Coquille d’or au festival de San Sebastián (Espagne) en 1999.

Son film le plus connu est La Chambre des officiers, sorti en 2001. Adapté du roman éponyme de Marc Dugain, le film raconte la reconstruction de gueules cassées de la Grande Guerre, tourné dans l’hôpital du Val-de-Grâce. François Dupeyron sera nommé aux Césars en 2002 pour les catégories meilleur réalisateur et meilleur film.
Après ce succès, le cinéaste choisira la légèreté avec Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran, adapté de la pièce d’Éric-Emmanuel Schmitt. Pour son rôle d’épicier philosophe, Omar Sharif remporte le César du meilleur acteur en 2004.
Le réalisateur se distingue dix ans plus tard avec Mon âme par toi guérie avec Grégory Gadebois et Céline Sallette. Ce film évoque la relation entre un guérisseur, qui découvre son don sur le tard, et une femme alcoolique et à fleur de peau.

Également romancier, François Dupeyron avait pourtant déclaré en 2004 : « Je suis venu au cinéma, gamin, parce que j’étais nul à l’écrit. » Il acheva la réalisation du film posthume de Claude Berri, Trésor, après le décès du réalisateur en 2009.

Annonces