Accueil > Autres pages > Editoriaux > Cycle 3D à la Cinémathèque mardi 15 décembre 2009

Editoriaux Cycle 3D à la Cinémathèque

par Vincent Avenel

Cycle 3D à la Cinémathèque

The Power of Love : c’est avec ce titre engageant qu’en 1922 est arrivé pour la première fois sur le grand écran ce que nous connaissons aujourd’hui sous le terme de 3D. Gimmick ultime de la cinéphilie, le procédé veut briser la dernière limite : celle de l’écran. La fiction tend la main, telle celle de la Créature du lac noir, vers le spectateur. Est-ce bien innocent ? En tous cas, c’est le frisson de l’inédit, la sensation de la fiction touchant le réel que recherche le spectateur de ce "genre" bien étrange, pour toujours labellisé bis. Alors qu’aujourd’hui James Cameron vise à repousser les limites de la 3D avec le très ambitieux Avatar, la Cinémathèque revient sur les heures de gloire de ce qui est plus qu’une simple coquetterie commerciale de mogul. Entre les conférences thématiques, et la programmation des grands classiques des âges d’or de la 3D (les années 1950 et 80), la question se pose aujourd’hui rue de Bercy : qu’arrivera t-il si un jour le spectateur parvient enfin à saisir la patte griffue de la Créature de Jack Arnold ?

Annonces