Accueil > Panorama > Rétrospective > Jacques Doillon lundi 9 octobre 2006

Rétrospective Jacques Doillon

Petit dialogue deviendra grand, par Alain Bergala, Florian Guignandon, Romain Lecler

Jacques Doillon

Avec 25 longs métrages de cinéma sur 30 ans de carrière, Jacques Doillon s’est imposé comme un cinéaste français incontournable, héritier indirect de la Nouvelle Vague à l’instar de Benoît Jacquot et d’André Téchiné. La Cinémathèque Française lui consacre une rétrospective à partir du 4 octobre 2006.

Les films de la rétrospective :

  • Amoureuse
  • L’Amoureuse
  • L’An 01
  • L’Arbre / Mangui, 11 ans peut-être...
  • Carrément à l’ouest
  • Comédie !
  • Les Doigts dans la tête
  • La Drôlesse
  • Du fond du cœur
  • La Femme qui pleure
  • La Fille de 15 ans
  • La Fille prodigue
  • Germaine et Benjamin
  • Un homme à la mer
  • Le Jeune Werther
  • Monsieur Abel
  • Le Petit Criminel
  • Petits frères
  • La Pirate
  • Ponette
  • La Puritaine
  • Raja
  • Un sac de billes
  • La Tentation d’Isabelle
  • Trop (peu) d’amour
  • La Vengeance d’une femme
  • La Vie de famille

Les horaires des séances

Sommaire :
Introduction, p.1
L’Enfant et le monde, par Florian Guignandon, p.2
« Je pourrais faire trois-quatre films par an pendant mille ans. Tout m’intéresse. », par Romain Lecler, p.3
Jacques Doillon, cinéaste aux mains nues, par Alain Bergala, p.4

Notes

[1S. Bonnaire, entretien avec F. Audé et Michel Ciment, « Des principes, la vie et le romanesque », Positif n°495, mai 2002, pp.35-40 (39-40), cité dans PREDAL [2004].

[2PREDAL [2004], p.56.

[3J. Doillon, dossier de presse, cité dans PREDAL [2004].

[4PREDAL [2004] (p.315).

Annonces