Chantal Akerman, Maniac Shadows

Faut-il voir dans Maniac Shadows une traversée intime, voire biographique de l’œuvre de Chantal Akerman, comme nous y invite de prime abord cet écran où l’artiste lit le manuscrit de Ma mère rit sur la scène d’un théâtre ? Ou faut-il y voir un dispositif plus complexe, au centre duquel un « je » se confesse et se souvient, mais ordonne aussi un trajet dans une œuvre, présente dans les pièces avoisinantes comme les organes autour du cœur qui les fait battre ? Pour le lecteur qui a été touché par la (...)