Ch’tis contre Gothamites

    Ch’tis contre Gothamites

    2008 restera une année assez marquante pour les passionnés de box-office puisque deux films, chacun dans leurs pays respectifs, ont bien failli détrôner Titanic de sa place de plus grand succès en salle. Côté États-Unis, il s’agit de The Dark Knight, suite brillante de Batman Begins. En France, ce n’est autre que Bienvenue chez les Ch’tis, qui ne récupérera pas les 270 000 spectateurs nécessaires pour battre le film de James Cameron. Mais, devant leurs scores faramineux, ces deux films peuvent tout de même se féliciter d’avoir su attirer en salle un public qui ne s’y rend d’ordinaire jamais. D’un côté (de l’Atlantique) ils ont frissonné devant une histoire sombre et tordue, qui se double d’une réflexion assez pessimiste sur l’héroïsme et la justice, proche par bien des aspects des séries télé audacieuses produites là-bas. De l’autre, ils ont ri et se sont rassurés de la scission régionaliste typique des téléfilms mollassons, formatés à l’idéologie TF1. C’est donc dans les deux cas la culture télévisuelle qui a drainé les spectateurs au cinéma. Novatrice et dérangeante chez les Américains. Conformiste et nauséeuse chez les Français. Notre prestige culturel européen, soudainement, a bon dos…

    Réagir