Accueil > Autres pages > Editoriaux > On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! mardi 23 février 2010

Editoriaux On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici !

par Sébastien Chapuys

On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici !

Ce mardi 23 février était présenté à la Cinémathèque française un film de trois minutes et demie, que vous découvrirez dans les prochains jours en salles et à la télévision. Affichant un titre sans ambiguïté, On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! est signé par le Collectif des Cinéastes pour les Sans-Papiers (CCpSP), regroupant 350 réalisateurs et acteurs qui ont choisi de donner la parole aux travailleurs étrangers en grève depuis plus de quatre mois pour protester contre la précarité de leur situation : menacés d’expulsion, ils cotisent sans pouvoir toucher aucune allocation. Plus qu’un simple coup médiatique, ou qu’une énième pétition « people » que ne manqueront pas de stigmatiser les esprits chagrins et les partisans d’une identité nationale réduite au droit du sang, cette initiative est surtout le signe que le cinéma français, longtemps accusé de nombrilisme et d’autisme, est en train de s’ouvrir sur le monde. Une bonne nouvelle dont témoignent les nombreux films « sociaux » et autres documentaires sortis ces derniers mois. Certes, tous ne manifestent pas une grande exigence formelle – ainsi, Harragas, qui sort cette semaine et dont le réalisateur, Merzak Allouache, appartient au Collectif, est loin de nous avoir pleinement convaincus –, mais tous affichent la volonté bienvenue de remettre l’artiste au centre de la Cité. La voix de ces cinéastes engagés, libérée des injonctions du pouvoir et du marché, est précieuse : on espère qu’à la veille des prochaines élections, elle pourra orienter le débat public sur un sujet qui, jusqu’à présent, n’a rencontré qu’un silence médiatique assourdissant. On bosse ici ! On vit ici ! On reste ici ! et la liste de ses "coauteurs" peuvent être vus sur le site internet du collectif.

Annonces