Le Come-Back
Le Come-Back
    • Le Come-Back
    • (Music and Lyrics)
    • États-Unis
    •  - 
    • 2007
  • Réalisation : Marc Lawrence
  • Scénario : Marc Lawrence
  • Image : Xavier Pérez Grobet
  • Décors : Jane Musky
  • Costumes : Susan Lyall
  • Montage : Susan E. Morse
  • Musique : Adam Schlesinger
  • Producteur(s) : Liz Glotzer, Martin Shafer
  • Production : Castle Rock Entertainment, Flower Films, Village Roadshow Pictures
  • Interprétation : Hugh Grant (Alex), Drew Barrymore (Sophie), Jason Antoon (Greg), Brad Garrett (Chris Riley), Haley Bennett (Cora Corman), Billy Griffith (Derek), Emma Lesser (Lucy), Scott Porter (Colin)
  • Distributeur : Warner Bros. France
  • Date de sortie : 14 mars 2007
  • Durée : 1h43
  • voir la bande annonce

Le Come-Back

Music and Lyrics

réalisé par Marc Lawrence

Un look à la Modern Talking, une musique atrocement datée et vide de talent, et Hugh Grant faisant des mimiques de chanteur à minettes déjà ringard à vingt ans… le générique est d’un goût douteux mais d’un comique assez irrésistible. Mais Marc Lawrence a la mauvaise idée de vouloir trop rentrer dans le moule de la comédie romantique basique. Comme souvent, de The Holiday au Diable s’habille en Prada, les réalisateurs américains ont de bonnes intentions ironiques mais de mauvaises chutes rose bonbon. À croire que les films drôles, sympathiques et exigeants ne font pas vendre.

« Pop goes my heart », voici le titre qu’Alex Flitcher a composé dans les années 1980. Il a fait un carton à l’époque -provoquant quelques évanouissements des post-pubères en mal de romantisme de bas étage. Il est maintenant en tournée internationale dans les Buffalo Grill de toutes les régions les plus convoitées par les commerces de pommes de terre, et réduit à accueillir dans ses draps d’anciennes fans un peu rassies ou des adolescentes écervelées à peine sorties du lycée. Il lui manque donc deux choses : une nouvelle gloire professionnelle, et un grand amour, une belle jeune fille pas soumise mais un peu quand même.

Pour le premier problème, on lui propose de participer à une version américaine de La Ferme des célébrités, où des has been doivent boxer entre eux pour gagner le droit de refaire pendant une semaine la couverture des journaux pipôles. Non, Hugh Grant est trop classe pour cela. Donc on lui dégote un défi : on lui propose d’écrire en trois jours le dernier tube d’une starlette, Cora Corman, « Christina et Britney réunies ». Il va devoir se dépêcher, notre « Englishman in New York » : c’est là qu’intervient la solution au deuxième problème (le grand amour), et, en fait, aussi, le premier : une jeune fille un peu folle (l’excentricité disparaît rapidement) vient arroser ses plantes et compose sans le savoir de « superbes » vers sur lesquels Alex va pouvoir plaquer une musique gnangnan. Et voilà l’équipe de formée… vous connaissez la suite.

Marc Lawrence s’amuse dans les premiers temps en donnant à son film une esthétique oscillant entre Sunset Beach et Arnold et Willy qui fait mouche. Il ajoute à sa romance décalée quelques clips ridicules dont la reconstitution, ne boudons pas notre plaisir, est assez savoureuse. Hugh Grant se trémoussant dans un perfecto sur de la soupe, pourquoi pas ? Le hic est que le même réalisateur tombe rapidement dans les idées dégoulinantes (discussions sur la vie au clair de lune, baisers en zoom…) et se prend au jeu du pathos. Alors que l’on remarque le décalage amusant du début, on s’aperçoit rapidement que Le Come-Back est une simple comédie mollassonne de plus, filmée linéairement et sans beaucoup de saveur. On pense beaucoup à American Dreamz qui entraînait également une déception progressive, et au talent comique voire grotesque de Hugh Grant, réellement mal exploité dans de fausses satires. Mais quand Hugh retrouvera-t-il donc le niveau de Quatre mariages et un enterrement ?

Réagir