Podcast #06 : L’Homme qu’on aimait trop, Mister Babadook, (...)

Au programme de ce podcast d’été : L’Homme qu’on aimait trop d’André Téchiné : Mister Babadook de Jennifer Kent ; Boyhood de Richard Linklater ; En bonus, les attentes et conseils cinématographiques de nos trois rédacteurs pour la rentrée ; Pregherò d’Adriano Celentano, extrait de la B.O. de L’Homme qu’on aimait trop, pour se quitter en musique. L’émission est animée par Julien Marsa. Pour la discussion, (...)

lire la suite

La Mort aux trousses

North by Northwest

Pas facile de passer après tout le monde pour parler d’un film si présent dans l’héritage de tout spectateur (même celui qui l’ignore). D’un film gorgé de tant de scènes folles, formidables, fondatrices. D’un film sur lequel tant a été écrit, où chaque scène, chaque geste, chaque choix de dialogue, de péripétie et de mise en scène a été si décortiqué et interprété [1] que le cinéphile en quête de sens n’a (...)

lire la suite

Coffret DVD Yasujiro Ozu

Décédé en 1963, soit plus de quinze ans avant sa découverte par les cinéphiles français, Yasujiro Ozu ne cesse de faire l’actualité depuis plusieurs mois : rétrospective à la Cinémathèque Française et à l’Institut Lumière de Lyon, sortie inédite de son premier film parlant Le Fils unique, réédition de ses films en couleurs (Bonjour, Fin d’automne, Fleurs d’équinoxe, etc.). Déjà bien représenté sur le marché du (...)

lire la suite

Jennifer Kent : rencontre avec la mère du Babadook

à l’occasion de la sortie de Mister Babadook

L’idée de rencontrer la réalisatrice d’un film comme Mister Babadook fout légèrement la trouille. Va-t-on devoir se retrouver dans une maison poussiéreuse, grisâtre, attendant que trois coups sinistres soient frappés à la porte et que le croque-mitaine débarque pour nous empêcher de finir notre interview ? Heureusement, non : salon de prestige, cafés et jus d’orange nous attendent, ainsi qu’une Jennifer (...)

lire la suite

Assaut

Assault on Precinct 13

Quand John Carpenter sort Assaut en 1976, il ne rencontre qu’indifférence et mépris de la part de la critique et du public américain. Drôle de pays qui sait faire des films mais qui ne sait pas les regarder. Ou plutôt qui les regarde mal, qui préfère leur motif à leur destination, qui les fétichise au lieu de les observer. Le fétiche, c’est l’auteur et ses manières, et plus il aura de manière, plus il (...)

lire la suite

Sorties de la semaine

  • critique du film Echo
  • critique du film Hasta Mañana
  • critique du film La Mort aux trousses
  • critique du film La Planète des singes : L'Affrontement
  • critique du film Le Rideau déchiré
  • critique du film Mister Babadook
  • critique du film Moonwalk One
  • critique du film Mur murs / Documenteur
  • critique du film New York Melody